Usages publics et mises en spectacle de l’histoire dans la France contemporaine : contrastes mémoriels

Cet article étudie les formes de restitution du passé telles que les reconstitutions historiques où se noue un dispositif inédit, où se croisent identités, politiques locales et sociétés des loisirs. Ces phénomènes identitaires ne sont pas choses fondamentalement nouvelles si l’on pointe l’héritage de l’érudition du XIXe siècle ou celui des années 1960 et 1970, lorsqu’il s’agissait de reconnaître les mémoires populaires, de rendre la parole aux silencieux, aux vaincus de l’histoire.

C’était là une période où échappaient encore aux chercheurs les risques de repli et d’enfermement. Depuis, le rôle des contre-histoires s’est bien étiolé, du fait d’une méfiance grandissante par rapports aux revendications identitaires radicalisées,  mais aussi de la montée en puissance des politiques culturelles, consommatrice de patrimoine en tout genre: le « pays cathare » est ainsi devenu un « label ».

Une nouvelle donne est depuis intervenue: la diffusion grandissante des biens de consommation touristique s’est accompagnée du développement des politiques locales à visée touristique. L’une des principales ressources, où l’argument de vente réside dans l’affirmation d’une singularité, s’est révélée être l’histoire. Cette mise en histoire des lieux a été souvent diligentée par les collectivités locales, s’agissant de relever le défi d’un tissu local déchiré ou pas encore tissé par la production d’un récit communautaire. Mais on peut faire le constat que, par un de ces projets culturels qui s’adressent à un public en quête de loisirs, les élus réassurent leur pouvoir. Par une politique de régulation de la mémoire, par le recours au récit du passé, par la mise en patrimoine, il s’agit de replacer l’institution administrative au centre du processus de reproduction sociale et symbolique dans des lieux de recomposition du social.

Uses of the past and reenactment in contemporary France: memorial contrasts 

This article examines the forms of delivery of the historical imagery such as pageants and re-enactments which combine new theatrical devices with intersecting identities, local politics and companies devoted to leisure and entertainment. Such phenomena are not fundamentally new especially if one considers the legacy of scholarship of the nineteenth century or the 1960s and 1970s, when it the general concern was the recognition of popular history, giving voice to the silent, the forgotten of history. This was a period when researchers ignored the risks of withdrawal and isolation. Since then, the role of the alternative narrative has declined, because of a growing mistrust of radicalized claims of identity but also because of the trend toward cultural policies, favoring cultural consumption of all kinds: « Cathar country » has thus become a « label ». A new set of factors has since been brought to bear: the growing distribution and consumption of travel services supported by the development of local travel promotion policies. One of the main sources for legitimation of cultural claims of singularity has proven to be local history. The provision of an historical context of place has been the work mainly of local authorities who have taken up the challenge of repairing the local fabric where there may have been one, or of providing a fabric altogether in the form of a community narrative. One thing is certain however, by creating such cultural objects for a general public seeking recreation services, elected officials deftly prolong their term in power. By regulating memory, by recourse to historical narrative and by promoting local heritage, local authorities are placing the local administrative institution at the centre of the process of symbolic and social reproduction in public space.

Maryline Crivello, “Les usages du passé”, Cahiers d’histoire immédiate, numéro 43, FRAMESPA-CNRS, Toulouse, octobre 2013, pp. 7-21


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *