La cérémonie publique dans la France contemporaine : acteurs, scénographies, médiations

Séminaire initié par le Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, sous la direction scientifique de :

Maryline CRIVELLO, professeur à l’université d’Aix-Marseille Cnrs ;
Patrick GARCIA, professeur à l’université de Cergy-Pontoise (laboratoire Agora EA 7392) et à l’Institut de l’histoire du temps présent (Ihtp) ;
Jean-François SIRINELLI, professeur à Sciences-Po Paris.


 Présentation du séminaire

Profondément modifiée dans son économie par la place dévolue au président de la République depuis 1958, la cérémonie publique est une sorte de condensé qui permet d’étudier les difficultés de l’État républicain à redéployer une politique symbolique dans le contexte des mutations de tous ordres qui affectent la société française et les réponses qu’il tente d’apporter. Pour travailler cette question le séminaire associera aussi bien des acteurs politiques, des spécialistes de l’événementiel que des chercheurs issus des sciences sociales.

Depuis l’instauration de la Ve République les cérémonies publiques en France ont connu une véritable mutation et ceci, sous l’influence de plusieurs facteurs :

  • Le premier est la place prise par le président de la République qui supplante comme incarnation
    de la nation les corps constitués, tant et si bien que c’est désormais autour de sa personne que
    s’organisent les cérémonies.
  • Le second facteur étant une nette évolution en raison de la médiatisation : progressivement elles sont moins organisées pour des spectateurs – le public physiquement présent – que pour des téléspectateurs au risque parfois de transformer le rituel en spectacle.
  • Le troisième est que leur évolution est liée à celle des sensibilités collectives : perception de la mort, désacralisation du politique, demande de transparence et de proximité qui posent de nouvelles contraintes aux organisateurs…
  • Enfin, depuis les années 1980 et l’intégration progressive de la France dans l’Union Européenne, elles constituent une pièce de première importance dans l’affirmation symbolique de l’État républicain pris entre les politiques symboliques propres développées par les collectivités locales et l’horizon européen, voire bousculé par les craintes identitaires qui traversent le pays tendant parfois à devenir des cérémonies de réassurance collective.

L’objet de ce séminaire est d’étudier ces métamorphoses et les enjeux qui les sous-tendent, non seulement du point de vue de ce qui est dit, mais aussi de la façon dont elles sont mises en scène, les deux dimensions se conjuguant pour fabriquer la symbolique républicaine. Il s’agit donc d’un objet de premier intérêt pour l’histoire culturelle de ce pays et l’histoire des politiques symboliques. Le moment privilégié sera la Ve République dans la mesure où celle-ci modifie profondément le décorum républicain en le centrant sur la personne du président, mais on ne s’interdira pas, ne serait-ce qu’à titre comparatif, de faire des incursions dans le dispositif cérémonial de la IVe, voire de la IIIe République. Les objets d’étude sont nombreux puisque les cérémonies publiques ont connu au cours des dernières années une véritable inflation : commémorations annuelles traditionnelles comme le 11 novembre ou le 8 mai, ou bien encore nouvelles commémorations comme le 16 juillet (Rafle du Vel d’hiv) ou le 10 mai (abolitions de l’esclavage). Il ne sera pas question donc d’être exhaustif. Dans ce corpus, les panthéonisations comme rituel présidentiel par excellence occuperont une place centrale et seront l’objet d’une étude systématique. Nous nous intéresserons autant à leur cadre légal, au processus de prise de décision, aux actions des réseaux pour promouvoir telle ou telle personnalité, aux projets de mises en scène qu’à la cérémonie elle-même, à son déroulement, à sa scénographie et à son audience. L’intérêt d’inclure les panthéonisations dans une étude plus globale sur les cérémonies publiques est de voir si leur évolution correspond aux inflexions générales de la mise en scène de l’État ou si elles connaissent une évolution singulière. L’hypothèse que nous formulons en proposant cette enquête est que ce rituel cristallise et amplifie les évolutions qui affectent la cérémonie publique dans son ensemble. Le séminaire se posera la question de la performativité de ces cérémonies : quelle est leur efficacité ? Quelles traces laissent-elles ? L’étude de la réception (presse, plaques, baptêmes de rues, de places ou d’établissements scolaires…) mais aussi des sondages existants permettront de tenter de les évaluer. Le séminaire, interdisciplinaire, associe des anthropologues, des politistes, des sociologues, des géographes et naturellement des historiens. Il a pour objectif de fédérer les chercheurs et doctorants, travaillant sur ces questions, au-delà de leurs différentes disciplines. La question de la mise en scène et des intentions étant centrale, la parole sera donnée non seulement à des chercheurs ayant travaillé ces objets, mais aussi à des témoins et à des acteurs, qu’il s’agisse de hauts fonctionnaires, d’hommes politiques, de créateurs, de scénographes, de responsables d’agence de communication ou encore de réalisateurs de télévision. L’étude des images de ces cérémonies se fera en partenariat avec l’Ina (Institut national de l’audiovisuel).

Programme 2017

Vendredi 3 février 2017

  • Introduction à trois voix : Maryline Crivello, Patrick Garcia et Jean-François Sirinelli.
  • Mettre en scène le Président de la République : la question du protocole : avec Frédéric Billet, ambassadeur de France, chef du protocole du ministère des Affaires étrangères.

Vendredi 10 mars 2017

  • Les panthéonisations mitterrandiennes : la réinvention du rituel : avec Christian Dupavillon, ancien directeur du Patrimoine (1990-1993) au ministère de la Culture, de la Communication, des Grands travaux et du Bicentenaire.
  • La revue Goude comme cérémonie : avec Philippe Dujardin, politiste.

Vendredi 21 avril 2017

Vendredi 5 mai 2017

  • Les panthéonisations : prise de décision et cadre légal, mises en scène : avec Maryvonne de Saint Pulgent, ancienne directrice du Patrimoine (1993-1997) au ministère de la culture et de la communication, présidente du Comité d’histoire du ministère de la culture et de la communication.
  • Dialogue : avec Patrick Legrand, scénographe.

Informations pratiques

Lieu : Ministère de la culture et de la communication (3 rue de Valois – 75001 – Salle Ravel)

Horaires : 14h – 17h

Modalités d’entrée : Entrée gratuite sur inscription obligatoire

Contact : comitehistoire@culture.gouv.fr


Crédits photographiques : Panthéonisation André Malraux/aquarelle préparatoire de Patrick Legrand – Frabication : Transfaire – Tous droits réservés.

APPEL A COMMUNICATIONS : Commerces avec l’histoire

Un appel à communications est lancé sur le thème « Commerces avec l’histoire. Producteurs, pratiques, transmissions entre Atlantique et Méditerranée » pour un colloque qui se tiendra au MuCEM (Marseille) les 1, 2 & 3 octobre 2015. Les propositions d’intervention devront parvenir avant le 15 mars 2015.

 Argumentaire 

Les travaux menés sur les usages publics de l’histoire et sur le rapport social au temps (historicité), comme ceux conduits sur le rôle social de l’historien, ont connu un très fort développement depuis les années 1980, en lien notamment avec l’essor des thématiques mémorielles et patrimoniales. Si ce colloque tient compte de ces travaux et de ceux de la galaxie de la Public History américaine, qui entendait s’adresser à un large public, il se propose néanmoins d’adopter une approche non-normative des usages contemporains non-académiques de l’histoire, celle-ci étant entendue comme un récit validé visant à la compréhension de ce qui est advenu.

Il s’agit d’observer et d’analyser  les nouvelles façons de produire ou d’expérimenter l’histoire, de parler de l’histoire ou de la mobiliser dans l’espace public. Ces pratiques qui ne relèvent pas du  champ académique sont en effet régies par d’autres contraintes et motivations que celles de la recherche. Elles se développent hors des murs de l’institution ; on peut faire l’hypothèse cependant qu’elles imprègnent la conscience historique des contemporains au point parfois de contribuer à la structurer. Dans cet esprit, il s’agit de s’intéresser non pas aux travaux historiens, mais aux différentes formes de recours à l’histoire par des acteurs sociaux, économiques ou politiques – régions, communes, partis, associations, entreprises, … – ou encore par les artistes, de même qu’aux aux modes d’appropriation du passé qui en résultent.

En étudiant ces usages, l’idée n’est pas de remettre en question leur légitimité ou de traquer les falsifications ou les anachronismes éventuels, mais bien de prendre la mesure de la diversité des modalités d’élaboration du passé et d’apprécier la fonction assignée à l’histoire dans le contexte contemporain – dans sa singularité comme dans sa diversité. Les modalités très diverses du « faire de l’histoire » que nous voulons explorer en priorité ne ressortissent donc pas explicitement à la nébuleuse des contestations très médiatisées de l’histoire dite « officielle » ou aux dénonciations récurrentes des historiens professionnels. Même si ses acteurs entendent faire entendre une « autre » histoire, il s’agit plutôt de pratiques de l’histoire « d’à côté » qui ne se préoccupent pas vraiment ni des croisades idéologiques contre l’histoire « officielle » ni des tentations corporatistes qui peuvent affleurer à l’occasion chez certains historiens professionnels.

Dans cet esprit, faire commerce de l’histoire relève de logiques de séduction ou de « spectacularisation » comme de logiques économiques – dont celles du tourisme – imbriquées dans des stratégies qui peuvent être aussi, parfois en même temps, à visée mémorielle ou identitaire de reconnaissance.

Cependant, si le moment présent possède bien un certain nombre de traits singuliers dont rend compte l’importance des revendications mémorielles ou la porosité croissante de la frontière tracée à grand peine en Europe et dans le monde anglo-saxon à la fin du XIX siècle et plus récemment au Maghreb, entre professionnels de l’histoire et amateurs du passé, ces écritures et ces pratiques   contemporaines se déroulent néanmoins dans des conjonctures politiques et sociales nationales très différentes qui appellent une approche comparée.

C’est dans cet esprit que nous avons choisi de privilégier trois espaces qui coexistent, se rencontrent, se chevauchent ou se confrontent : l’espace atlantique, l’espace européen et l’espace méditerranéen, à partir de trois grands axes de questionnement.

1° De nouveaux producteurs d’histoire ?

Le premier axe porte sur les producteurs. Moins que jamais, la parole historienne – entendue au sens d’une parole légitimée par l’institution académique – n’a le monopole ou la maîtrise du débat public sur les questions historiques, ni sur le fond ni dans l’organisation même du débat.

À bien des égards, l’histoire est un scénario libre de droits. Dès lors, on assiste à une démultiplication des acteurs/médiateurs qui, à côté des historiens professionnels, contribuent à alimenter les débats sur le passé ; resterait cependant à périodiser plus finement le phénomène. Dans ce contexte, la construction sociale du passé ne relève pas seulement d’une transmission verticale, mais aussi d’une communication horizontale, d’une « contagion des idées », éventuellement cristallisée à partir des retombées de la production savante des historiens, mais aussi très largement à partir d’un cumul de références qui peuvent être littéraires, artistiques, cinématographiques, politiques et, de manière inégalement revendiquée, identitaires. Cette construction s’élabore à partir de toutes les représentations, transitant par la voie orale ou par l’écrit, proposées par tous ceux qui font peu ou prou commerce du passé. Comment apprécier ces investissements personnels ou collectifs ? Quelles sont les stratégies de ces producteurs qui revendiquent un droit à montrer et à vivre le passé en dehors des instances académiques traditionnelles ?

Mieux connaître ces passionnés d’histoire – généalogistes, amateurs de reconstitutions historiques, témoins privilégiés ou descendants de périodes traumatiques, écrivains, cinéastes ou politiques, qui aspirent à « entrer en » et « dans » l’histoire comme acteurs « à part égales » de la reconstruction vivante du passé, tel est l’un des objectifs du colloque.

2° De nouvelles pratiques d’histoire ?

Le second axe porte sur les pratiques et les expériences de fabrication de l’histoire. Les multiples recours au passé que l’on peut observer en de nombreuses circonstances de la vie sociale fournissent des ressources cognitives, argumentatives, symboliques et affectives qui constituent une réserve de matériaux toujours adaptables selon les situations ou les dispositions d’esprit des sujets. On assiste ainsi à de nouveaux phénomènes d’appropriation de l’histoire par une expérimentation individuelle et collective, par une préhension du passé – sorte de forme vécue de la connaissance – encore trop peu étudiée : spectacles, reenactment, histoire expérimentale et appliquée, histoire vivante, expériences ludiques – jeux vidéos –, pratiques du numérique – webdocumentaires, romans graphiques (graphic novels), docu-fictions, blogs – bandes dessinées, romans… Souvent frappées d’une sorte d’illégitimité héritée des normes académiques, ces formes d’appropriation et de reconstitution du passé n’en représentent pas moins un vecteur majeur de mise en histoire et participent à la structuration de la conscience historique des contemporains. Ne constituent-ils pas de facto une multitude de « petits récits » complémentaires, réparateurs, voire alternatifs ou contradictoires pour certains, à côté ou à la place des différentes versions des « grands récits » nationaux ? Mieux les connaître, étudier leur diffusion, la part de transaction que nécessite leur élaboration et mesurer leur prégnance est le second objectif de ce colloque.

3° De nouveaux modes de transmission de l’histoire ?

La question de la transmission et celle de la réception ou de l’appropriation forment le troisième grand axe d’interrogation du colloque. La question de la médiation, mais celle aussi de l’efficacité des outils et dispositifs proposés dans le cadre des « politiques de la mémoire », font l’objet de recherches de plus en plus nombreuses. Avec la multiplication des musées qui se proposent explicitement de répondre à la demande sociale, on peut s’interroger sur le type de vision du passé que cette patrimonialisation suppose, et surtout sur la finalité de ces initiatives institutionnelles. D’autant plus qu’il existe désormais toutes sortes de médiatisations concurrentes, utilisant des supports très variés, qui induisent des interactions spécifiques entre producteurs et récepteurs des discours mémoriels. Ces médiatisations se révèlent particulièrement efficaces pour s’approprier un passé qui engage à redéfinir des questions d’ordre identitaire ou des projets politiques, sinon religieux. De plus, la poussée de l’individualisme et des identités de groupes associées à des stratégies éditoriales, médiatiques et numériques favorisent le sentiment que chacun peut s’exprimer sur le passé et en rendre compte publiquement. Enfin, force est de constater que ces nouvelles productions d’histoire intéressent et même fascinent les publics. Impossible par exemple de ne pas prendre en considération les succès éditoriaux ou l’attraction économique pour des mises en scènes (reconstitutions à grand spectacle, jeux vidéo) à ambition historique. D’un point de vue sociologique, ces sollicitations du passé qui affectent les sociétés contemporaines peuvent apparaître comme un moyen de se rassurer face à un monde en mutation, face à l’impression d’être menacé par des forces hostiles (l’Islam, l’Europe, la mondialisation…) destructrices d’identités « naturalisées » ou encore comme la nécessité de se (re)positionner dans des contextes politiques et sociaux conflictuels (héritages coloniaux traumatiques, révolutions dans le monde arabe, …) Le troisième grand objectif du colloque sera de progresser dans l’étude de la mesure de l’efficacité relative de ces médiations concurrentes.

Direction

Maryline Crivello, TELEMMe, Karima Dirèche, IRMC, Patrick Garcia, IHTP et Université Cergy-Pontoise, Jocelyn Letourneau, CÉLAT.

Organisateurs

L’UMR 7303 Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionnale-Méditerranée, Aix-Marseille, Université, CNRS (TELEMMe) ; l’Institut d’histoire du temps présent, UPR 301 du CNRS (IHTP) ; l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, USR 3077, ministère des Affaires étrangères et européennes, ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et CNRS (IRMC) et le Centre interuniversitaire d’études sur les lettres, les arts et les traditions à l’Université Laval (CÉLAT).

Ce colloque est organisé  en lien avec les travaux de l’axe 4.1. Figures du temps, projections de l’avenir de l’UMR TELEMMe et du programme ANR Histinéraires La fabrique de l’histoire telle qu’elle se raconte. Il bénéficie d’ores et déjà de partenariats avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), le centre de recherche Civilisations et Identités Culturelles Comparées  de l’Université de Cergy-Pontoise (CICC) et l’Ina-Méditerranée. D’autres collaborations sont en cours avec l’IMéRA, le LabexMed et la Casa de Velasquez.

Modalités de soumission

Les propositions d’intervention, d’environ une page ou 500 mots maximum, en français ou en anglais, devront être envoyées à l’adresse suivante, accompagnées d’un résumé, d’un titre et d’une bibliographie indicative, avant le 15 mars à l’adresse suivante : telemme@mmsh.univ-aix.fr

La proposition devra être accompagnée d’une notice biographique précisant la fonction et l’institution de rattachement de l’auteur. Le comité scientifique fera connaître les propositions retenues au mois de mai.

Lieu

MuCEM, Musée des Civilisations Européennes et Méditerranéennes à Marseille.

Dates

1, 2 et 3 octobre 2015.

Langues

français / english.

Comité de pilotage

Denis Chevallier, MuCEM
Maryline Crivello, TELEMMe
Christian Delage, IHTP
Karima Dirèche, IRMC
Patrick Garcia, IHTP et Universtié de Cergy Pontoise
Jocelyn Létourneau, CÉLAT
Pierre Sintes, TELEMMe

Comité d’organisation

Vincent Auzas, IHTP
Marie-Françoise Attard, TELEMMe
Christian Delacroix, IHTP
Lydie Delahaye, IHTP
Aude Fanlo, MuCEM
Nicolas Moralès, IMéRA-TELEMMe
Agnès Rabion, TELEMMe
Candice Raymond, IREMAM

Comité scientifique

Bendana Kmar, Université de la Manouba
Jean-Luc Bonniol, Centre Nobert Elias
Natalie Zemon Davis, University of Toronto
François Dosse, IHTP
Daniel Fabre, LAHIC
Jesús Izquierdo Martín, Universidad Autónoma de Madrid
Philippe Joutard, EHESS
Hadibi Mohand-Akli, Université de Tizi-Ouzou
Sune Haugbolle, Københavns Universitet
Anne Hertzog, Université de Cergy-Pontoise
Kevin Kee, Brock University
Françoise Lantheaume, Université Lumière Lyon 2
Emmanuel Laurentin, France-Culture
Jean-Clément Martin, Université Paris I Panthéon-Sorbonne
Nicole Neatby, St. Mary’s University
Pascal Ory, Université Paris I Panthéon-Sorbonne
Ourania Polycandrioti, National Hellenic Research Foundation
Henry Rousso, IHTP
Laurier Turgeon, CÉLAT

Quelques repères bibliographiques

– Andrieu C., Lavabre M.-C., Tartakowsky D. (dir.), Politiques du passé. Usages politiques du passé dans la France contemporaine, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2006
– Bonniol J.-L., Crivello M. (dir.), Façonner le passé. Représentations et cultures de l’histoire (XVIe-XXe siècles), Aix en Provence, Publications de l’Université de Provence, collection « Le temps de l’histoire », 2004.
– Brinkley D., « History Maker. How Tom Hanks is redefining America’s past », Time Magazine, 15 mars 2010, p. 40-45.
– Conrad M., et al., Canadians and Their Pasts, Toronto, University of Toronto Press, 2014.
– Crivello M. (dir.), coordonné par Basset K., Nicolaïdis D., Polycandrioti R., Les échelles de la mémoire en Méditerranée XIXe-XXIe siècle, Arles, Actes Sud, 2010.
– Crivello M., Garcia P., Offenstadt N. (dir.), Concurrence des passés. Usages politiques du passé dans la France contemporaine, Aix en Provence, Publications de l’Université de Provence, 2006.
– De Groot J., Consuming History. Historians and Heritage in Contemporary Popular
Culture, Londres, Routledge, 2009.
– Delacroix C., Dosse F., Garcia P., Historicités, Paris, La Découverte, 2009.
– Dirèche K., « Convoquer le passé et réécrire l’histoire. Berbérité ou amazighité dans
l’histoire de l’Algérie », in Pierre-Robert Baduel (dir.), Chantiers et défis de la recherche sur le Maghreb contemporain, IRMC-Karthala, Tunis-Paris, 2008, p. 471-473.
– Fabre D., Bensa A. (dir.), Une histoire à soi. Figurations du passé et localités, Paris,
Editions de la MSH, 2001.
– Grangaud I., Messaoudi A. et Oualdi M., « Besoins d’histoire. Historiographies et régimes
d’historicité au Maghreb à l’aune des révolutions arabes », L’année du Maghreb, numéro 10, CNRS Editions, 2014.
– Haffemayer S., Marpeau B., Verlaine J., Le spectacle de l’histoire, Rennes, PUR, 2012.
– Hartog F., Régimes d’historicité Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, 2003.
– Haugbolle S., War and Memory in Lebanon, New York, Cambridge University Press, 2010.
– Jewsiewicki B., Létourneau J. (dir.), L’histoire en partage : Usages et mises en discours du passé, Paris, L’Harmattan, 1996.
– Kee K., Pastplay. Teaching and Learning History with Technology, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2014.
– Khalili L., Heroes and Martyrs of Palestine: The Politics of National Commemoration, New York, Cambridge University Press, 2007.
– Létourneau, Jocelyn, Je me souviens ? Le passé du Québec dans la conscience de sa jeunesse, Montréal, Fides, 2014.
– Lowenthal D., The Past is a Foreign Country, Cambridge et New York, Cambridge University Press, 1985.
– Martin J.-C. et Suaud Ch., Le Puy du Fou en Vendée. L’histoire mise en scène, Paris, L’Harmattan, 1996.
– Mermier F., Varin C. (dir.), Mémoires de guerres au Liban (1975-1990), Paris, Arles, Sindbad/ Actes Sud, 2010.
– Mermier F.et Puig N. (dir.), Itinéraires esthétiques et scènes culturelles au Proche-Orient, Beyrouth, Presses de l’Ifpo, 2009.
– Neatby N., Hodgins P., dir., Settling and Unsettling Memories. Essays in Canadian Public History, Toronto, University of Toronto Press, 2012.