La cérémonie publique dans la France contemporaine : acteurs, scénographies, médiations

Séminaire initié par le Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, sous la direction scientifique de :

Maryline CRIVELLO, professeur à l’université d’Aix-Marseille Cnrs ;
Patrick GARCIA, professeur à l’université de Cergy-Pontoise (laboratoire Agora EA 7392) et à l’Institut de l’histoire du temps présent (Ihtp) ;
Jean-François SIRINELLI, professeur à Sciences-Po Paris.


 Présentation du séminaire

Profondément modifiée dans son économie par la place dévolue au président de la République depuis 1958, la cérémonie publique est une sorte de condensé qui permet d’étudier les difficultés de l’État républicain à redéployer une politique symbolique dans le contexte des mutations de tous ordres qui affectent la société française et les réponses qu’il tente d’apporter. Pour travailler cette question le séminaire associera aussi bien des acteurs politiques, des spécialistes de l’événementiel que des chercheurs issus des sciences sociales.

Depuis l’instauration de la Ve République les cérémonies publiques en France ont connu une véritable mutation et ceci, sous l’influence de plusieurs facteurs :

  • Le premier est la place prise par le président de la République qui supplante comme incarnation
    de la nation les corps constitués, tant et si bien que c’est désormais autour de sa personne que
    s’organisent les cérémonies.
  • Le second facteur étant une nette évolution en raison de la médiatisation : progressivement elles sont moins organisées pour des spectateurs – le public physiquement présent – que pour des téléspectateurs au risque parfois de transformer le rituel en spectacle.
  • Le troisième est que leur évolution est liée à celle des sensibilités collectives : perception de la mort, désacralisation du politique, demande de transparence et de proximité qui posent de nouvelles contraintes aux organisateurs…
  • Enfin, depuis les années 1980 et l’intégration progressive de la France dans l’Union Européenne, elles constituent une pièce de première importance dans l’affirmation symbolique de l’État républicain pris entre les politiques symboliques propres développées par les collectivités locales et l’horizon européen, voire bousculé par les craintes identitaires qui traversent le pays tendant parfois à devenir des cérémonies de réassurance collective.

L’objet de ce séminaire est d’étudier ces métamorphoses et les enjeux qui les sous-tendent, non seulement du point de vue de ce qui est dit, mais aussi de la façon dont elles sont mises en scène, les deux dimensions se conjuguant pour fabriquer la symbolique républicaine. Il s’agit donc d’un objet de premier intérêt pour l’histoire culturelle de ce pays et l’histoire des politiques symboliques. Le moment privilégié sera la Ve République dans la mesure où celle-ci modifie profondément le décorum républicain en le centrant sur la personne du président, mais on ne s’interdira pas, ne serait-ce qu’à titre comparatif, de faire des incursions dans le dispositif cérémonial de la IVe, voire de la IIIe République. Les objets d’étude sont nombreux puisque les cérémonies publiques ont connu au cours des dernières années une véritable inflation : commémorations annuelles traditionnelles comme le 11 novembre ou le 8 mai, ou bien encore nouvelles commémorations comme le 16 juillet (Rafle du Vel d’hiv) ou le 10 mai (abolitions de l’esclavage). Il ne sera pas question donc d’être exhaustif. Dans ce corpus, les panthéonisations comme rituel présidentiel par excellence occuperont une place centrale et seront l’objet d’une étude systématique. Nous nous intéresserons autant à leur cadre légal, au processus de prise de décision, aux actions des réseaux pour promouvoir telle ou telle personnalité, aux projets de mises en scène qu’à la cérémonie elle-même, à son déroulement, à sa scénographie et à son audience. L’intérêt d’inclure les panthéonisations dans une étude plus globale sur les cérémonies publiques est de voir si leur évolution correspond aux inflexions générales de la mise en scène de l’État ou si elles connaissent une évolution singulière. L’hypothèse que nous formulons en proposant cette enquête est que ce rituel cristallise et amplifie les évolutions qui affectent la cérémonie publique dans son ensemble. Le séminaire se posera la question de la performativité de ces cérémonies : quelle est leur efficacité ? Quelles traces laissent-elles ? L’étude de la réception (presse, plaques, baptêmes de rues, de places ou d’établissements scolaires…) mais aussi des sondages existants permettront de tenter de les évaluer. Le séminaire, interdisciplinaire, associe des anthropologues, des politistes, des sociologues, des géographes et naturellement des historiens. Il a pour objectif de fédérer les chercheurs et doctorants, travaillant sur ces questions, au-delà de leurs différentes disciplines. La question de la mise en scène et des intentions étant centrale, la parole sera donnée non seulement à des chercheurs ayant travaillé ces objets, mais aussi à des témoins et à des acteurs, qu’il s’agisse de hauts fonctionnaires, d’hommes politiques, de créateurs, de scénographes, de responsables d’agence de communication ou encore de réalisateurs de télévision. L’étude des images de ces cérémonies se fera en partenariat avec l’Ina (Institut national de l’audiovisuel).

Programme 2017

Vendredi 3 février 2017

  • Introduction à trois voix : Maryline Crivello, Patrick Garcia et Jean-François Sirinelli.
  • Mettre en scène le Président de la République : la question du protocole : avec Frédéric Billet, ambassadeur de France, chef du protocole du ministère des Affaires étrangères.

Vendredi 10 mars 2017

  • Les panthéonisations mitterrandiennes : la réinvention du rituel : avec Christian Dupavillon, ancien directeur du Patrimoine (1990-1993) au ministère de la Culture, de la Communication, des Grands travaux et du Bicentenaire.
  • La revue Goude comme cérémonie : avec Philippe Dujardin, politiste.

Vendredi 21 avril 2017

Vendredi 5 mai 2017

  • Les panthéonisations : prise de décision et cadre légal, mises en scène : avec Maryvonne de Saint Pulgent, ancienne directrice du Patrimoine (1993-1997) au ministère de la culture et de la communication, présidente du Comité d’histoire du ministère de la culture et de la communication.
  • Dialogue : avec Patrick Legrand, scénographe.

Informations pratiques

Lieu : Ministère de la culture et de la communication (3 rue de Valois – 75001 – Salle Ravel)

Horaires : 14h – 17h

Modalités d’entrée : Entrée gratuite sur inscription obligatoire

Contact : comitehistoire@culture.gouv.fr


Crédits photographiques : Panthéonisation André Malraux/aquarelle préparatoire de Patrick Legrand – Frabication : Transfaire – Tous droits réservés.

Le temps des archives … audiovisuelles

Qu’est-ce qui fait histoire ? Et si, pour évoquer un événement donné, nous remontions le cours du temps afin de mieux l’appréhender et le comprendre ?

Le temps des archives : une façon de rembobiner le cours de l’histoire, pour aborder, avec Emmanuel Laurentin et quelques invités et grands témoins, des événements-clés à travers des images et des sons issus du fonds de l’Institut national de l’audiovisuel (INA).

Une façon de partir en quête des petites et grandes mythologies des décennies écoulées

http://www.mucem.org/fr/node/1766

29 septembre 2014  au MuCEM. Apprendre à décrypter les films.
29 septembre 2014 au MuCEM. Apprendre à décrypter les films.

Les reconstitutions historiques (Reenactment). Pratiques sociales et imaginaire du passé

"Médiévales" à Jumièges (2014)
« Médiévales » à Jumièges (2014)

 

Depuis une trentaine d’années les pratiques de reconstitution du passé mobilisent une « façon de faire » l’histoire par ceux qui ne sont pas dans des institutions savantes reconnues. L’étude des reconstitutions historiques montre que l’histoire abordée, non pas comme « compréhension » mais comme « appréhension » du passé, une forme vécue de la connaissance, dépasse largement les frontières nationales. Cependant ces pratiques se révèlent particulièrement efficaces pour s’approprier un passé qui engage à parler des questions locales et à redéfinir des identités nationales emboîtées. Ces bricolages identitaires et historiques peuvent être interprétés comme des discours privilégiant l’exception et le repli et des résurgences de populisme ou comme l’expression des diversités, revendiquant le droit d’ « être soi mais ensemble » à travers des projets collectifs qui engagent l’avenir. Ces usages et ces liens sociaux qui se ramifient autour de passions partagées interrogent non seulement les rapports au passé mais aussi les projets politiques en charge de ce besoin d’identité et d’historicité.

Sans doute dès 1960, année de création du « Son et lumière » du Lude, puis sous l’impact, en 1977, du succès inégalé de la cinéscénie du Puy du Fou, chaque petit « pays » de France prétend mettre en scène quelques tableaux vivants d’un fabuleux passé. Mais loin d’établir une « exception française », ce mouvement de reconstitution de l’histoire reprend la longue tradition anglo-saxonne de l’Histoire vivante ou Living History dont l’objectif est de reconstituer des tranches de la vie militaire ou civile quotidienne du passé. Les sensibilités qui s’expriment font de l’histoire non pas une culture savantemais une véritable pratique sociale et culturelle, où le quotidien s’invente par mille manières de braconner. Un rapport à l’Histoire, somme toute ludique et festif, et qui pourrait apparaître comme insignifiant, simple épiphénomène touristique, s’il ne possédait pas, incidemment, par la réactivation identitaire qu’il génère, tous les ingrédients d’usages politiques les plus divers, à l’échelle locale ou nationale.

Encore peu connues des historiens du temps présent, les reconstitutions historiques rappellent sans doute les usages du passé qui prolifèrent au XIXème siècle, projets de muséographies ou expressions folkloriques. Les similitudes avec des fêtes telles que Moros y Cristianos de Valencia ou le Palio de Sienne, traditions urbaines, populaires et festives, commémorant en costume « d’époque » un épisode de l’histoire de la localité, sont aussi tangibles. Cependant, le plus souvent, les acteurs des reconstitutions historiques revendiquent cette filiation plus récente, celle qui les rattache au mouvement international en faveur de l’Histoire Vivante particulièrement important depuis une trentaine d’années en Angleterre, aux USA et au Canada. C’est explicitement le cas pour les reconstitutions des batailles de Gettysburg, de Hastings ou de Waterloo. Ces démonstrations militaires spectaculaires rassemblent annuellement des milliers d’amateurs d’Histoire Vivante venus de différents pays, au goût affirmé pour les activités concrètes et un besoin partagé d’ « endosser » le passé. D’ailleurs, cette expérimentation physique et visuelle du passé est très certainement l’une des spécificités de la période récente.

De fait, l’histoire montrée, jouée, narrée, témoigne d’un besoin d’éprouver le passé, de s’en abreuver et de le revêtir, lié à un goût immodéré pour une histoire quotidienne « vue et vécue par le peuple ». Les pratiques de ces acteurs croisent nécessairement la constitution d’un savoir cautionnée par la discipline historique et l’exigence de l’expertise. Et justement, la conception de l’histoire, selon les cas, peut mener de la confection du vêtement ou d’une arme de combat, valorisant alors les savoir-faire manuels, ceux des couturières ou des « bricoleurs », à la lecture assidue d’un historien patenté. Ainsi, une partie de la société s’exprime à travers ces engouements individuels et collectifs, expérimentant, au présent, de nouvelles formes de sociabilité et témoignant d’un engagement quasi-militant pour l’Histoire ou ce qui est compris comme étant de l’histoire. Ces reconstitutions sont manifestement une façon de se fabriquer sa propre mémoire historique à partir d’un mélange de souvenirs scolaires, d’ouvrages vulgarisés et de références cinématographiques ou télévisuelles.

Contrairement aux « batailles de mémoire » qui investissent le champ historiographique contemporain, une lame de fond draine des mémoires historiques essentiellement consensuelles, à travers les reconstitutions. Il n’y a pas d’enjeux brûlants dans ces mises en scène, cependant cette sensibilité à l’histoire et en particulier à l’histoire antérieure à celle du 20ème siècle, démontre que la passion pour le passé n’est pas désuète. De plus, bien que l’histoire locale soit souvent privilégiée, la mémoire historique transmise, avec les approximations qui la caractérisent, génère une intégration à des sentiments collectifs d’appartenance. Mais, ce phénomène, jusqu’ici, a été peu mis en valeur. Cependant, de mai à octobre, la France redécouvre dans les sites les plus reculés des héros oubliés, se peuple de campements gallo- romains ou médiévaux, voit défiler les somptueux costumes des aristocrates de la Renaissance ou combattre férocement de preux chevaliers quand s’éloignent au loin les troupes napoléoniennes. Les lieux les plus divers prennent les couleurs des « sons et lumières » qui sont les ressorts d’une vision spectaculaire et ré enchantée du passé. L’historien n’a pas à faire à une « demande sociale » mais à des pratiques sociales auxquelles il ne participe quasiment pas. L’histoire se fabrique ou se façonne, de la main des hommes, sans grand recours à sa production. Au mieux, l’archéologie expérimentale rejoint parfois celle des reconstituteurs. Revues, forums, sites web unissent ces nouveaux acteurs du passé qui ressentent une profonde légitimité dans leur souci pédagogique et de vulgarisation.

L’histoire représentée se termine toujours dans la joie et l’espérance, la vision du futur n’est jamais tragique selon le cycle inévitable des périodes qui alternent bonheurs et malheurs. Les guerres du 20ème siècle sont revisitées afin de lisser, dans une visée commémoratrice et pacificatrice, les nouvelles alliances ou l’absurdité des conflits qui dépassent les combattants ou la population civile. Ces spectacles se présentent comme un travail de deuil collectif face aux traumatismes du 20ème siècle ou aux abus mémoriels contemporains. L’histoire devient le lieu où se puisent les ressources d’un changement de valeurs communes ou individuelles. Elle conjugue diversité des savoirs potentiels à acquérir et dimension ludique et conviviale. Par son caractère informel, cette appréhension du passé dépasse largement les frontières nationales, puisqu’on la retrouve chez les pays anglo-saxons qui font figure de précurseur. Le Moyen Age, particulièrement présent dans le monde de la reconstitution, peut être pensé comme « nostalgie » du passé. La recollection collective du passé ne reprend en rien la réalité de la mémoire des faits mais simplement les pensées liées au passé. Cette fameuse «nostalgie» inspire la reconstitution historique en toute manifestation employant l’histoire comme toile de fond, pour produire des lieux « hors du temps », qui se trouve dans des espaces imaginaires de la mémoire. L’idée du passé domine la réalité de l’histoire.

C’est donc à un univers disparate, pour le moins pittoresque, qu’adhèrent ces « passionnés » d’histoire, issus d’une société des loisirs et de l’épanouissement individuel.  Ces manifestations qui prolifèrent aujourd’hui, bien ancrées dans le tissu économique et politique local, bénéficiant de l’argent public, drainant plusieurs milliers d’acteurs et de spectateurs, ne sauraient être vues comme des réjouissances ordinaires. Ainsi, que dire de ces investissements personnels ou collectifs ? Quelles sont les stratégies des acteurs qui revendiquent un droit à montrer et à vivre le passé hors des instances traditionnelles ? Comment apprécier ces narrations historiques locales dans leur rapport au temps de l’histoire ?

Pour en savoir plus 

Publications de Maryline Crivello (Habilitation à diriger des recherches autour du phénomène des reconstitutions historiques en France et en Europe)

http://telemme.mmsh.univ-aix.fr/membres/Maryline_Crivello

– « Comment on revit l’histoire. Sur les reconstitutions historiques (1976-2000) », Mémoires en miroir. Autour d’une Méditerranée plurielle, La Pensée de Midi, Philippe Joutard dir., numéro 3, Actes Sud, Hiver 2000, p. 69-74.

https://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=LPM_003_0069

– « Du passé, faisons un spectacle ! Les reconstitutions historiques de Grans et Salon en Provence »,  » Dramaturgie du politique « , Sociétés et représentations, numéro 12, Centre d’histoire sociale de Paris 1, novembre, 2001.

– « La geste des temps. Symbolique et dramaturgie du passé (1957-2002) » Façonner le passé. Représentations et cultures de l’histoire (XVIe-XXe siècles), Maryline Crivello, Jean-Luc Bonniol dir., Publications de l’Université de Provence, collection « Le temps de l’histoire », 2004, p. 53-64.

– « Les braconniers de l’Histoire. Les reconstitutions historiques : nouveaux lieux du politique ? », Concurrence des passés. Usages politiques du passé dans la France contemporaine, Maryline Crivello, Patrick Garcia, Nicolas Offenstadt dir., Publications de l’Université de Provence, 2006, p. 49-58.

– « Entrer en histoire. L’évocation de l’épopée napoléonienne », Individu, Récit, Histoire, Maryline Crivello, Jean-Noël Pelen dir., collection « Le temps de l’histoire », Publications de l’Université de Provence, 2008, p. 199-209.

– «Pour une poétique du passé. Les reconstitutions historiques au XXe siècle.», in Pascale Goetschel, Sylvie Le Dantec dir., Lire, Voir, Entendre. La réception des objets médiatiques, Publications de la Sorbonne, Paris, 2010, p. 95-102.

– « Mise en spectacle de la Provence aujourd’hui. »,  Les fêtes en Provence, autrefois et aujourd’hui, Régis Bertrand dir., PUP, 2013, p. 205-210.

– « Le chantier médiéval de Guédelon.  Une entreprise de fabrication de l’imaginaire historique », La mosaïque des racines. Pouvoirs, cultures et sociétés en France et en Méditerranée (XVIe-XXIe siècle), Olivier Raveux, Isabelle Renaudet dir., PUP, 2013, p. 310-322.

– « Usages publics et mises en spectacle de l’histoire dans la France contemporaine : contrastes mémoriels”, “Les usages du passé”,  Cahiers d’histoire immédiate, numéro 43, FRAMESPA-CNRS, Toulouse, octobre 2013, pp. 7-21.

– http://www.liberation.fr/societe/2012/05/30/aimer-l-histoire-est-une-chose_822511