L’histoire dans l’espace public à la Fabrique de l’histoire

Maryline Crivello (TELEMME, AMU-CNRS), Jocelyn Létourneau (CELAT, Université Laval) et Patrick Garcia (IHTP, Université Cergy Pontoise) ont participé à l’émission d’Emmanuel Laurentin sur France Culture du jeudi 8 octobre. L’émission a été consacrée en grande partie à l’évocation du colloque L’histoire dans l’espace public qui s’est déroulé au MuCEM les 1, 2 et 3 octobre 2015.

Pour mémoire et accompagner l’écoute de cette émission vous pouvez consulter le programme du colloque :

L’histoire dans l’espace public. Producteurs, pratiques, transmissions entre Atlantique et Méditerranée

Le temps des archives … audiovisuelles

Qu’est-ce qui fait histoire ? Et si, pour évoquer un événement donné, nous remontions le cours du temps afin de mieux l’appréhender et le comprendre ?

Le temps des archives : une façon de rembobiner le cours de l’histoire, pour aborder, avec Emmanuel Laurentin et quelques invités et grands témoins, des événements-clés à travers des images et des sons issus du fonds de l’Institut national de l’audiovisuel (INA).

Une façon de partir en quête des petites et grandes mythologies des décennies écoulées

http://www.mucem.org/fr/node/1766

29 septembre 2014  au MuCEM. Apprendre à décrypter les films.
29 septembre 2014 au MuCEM. Apprendre à décrypter les films.

Les reconstitutions historiques (Reenactment). Pratiques sociales et imaginaire du passé

"Médiévales" à Jumièges (2014)
« Médiévales » à Jumièges (2014)

 

Depuis une trentaine d’années les pratiques de reconstitution du passé mobilisent une « façon de faire » l’histoire par ceux qui ne sont pas dans des institutions savantes reconnues. L’étude des reconstitutions historiques montre que l’histoire abordée, non pas comme « compréhension » mais comme « appréhension » du passé, une forme vécue de la connaissance, dépasse largement les frontières nationales. Cependant ces pratiques se révèlent particulièrement efficaces pour s’approprier un passé qui engage à parler des questions locales et à redéfinir des identités nationales emboîtées. Ces bricolages identitaires et historiques peuvent être interprétés comme des discours privilégiant l’exception et le repli et des résurgences de populisme ou comme l’expression des diversités, revendiquant le droit d’ « être soi mais ensemble » à travers des projets collectifs qui engagent l’avenir. Ces usages et ces liens sociaux qui se ramifient autour de passions partagées interrogent non seulement les rapports au passé mais aussi les projets politiques en charge de ce besoin d’identité et d’historicité.

Sans doute dès 1960, année de création du « Son et lumière » du Lude, puis sous l’impact, en 1977, du succès inégalé de la cinéscénie du Puy du Fou, chaque petit « pays » de France prétend mettre en scène quelques tableaux vivants d’un fabuleux passé. Mais loin d’établir une « exception française », ce mouvement de reconstitution de l’histoire reprend la longue tradition anglo-saxonne de l’Histoire vivante ou Living History dont l’objectif est de reconstituer des tranches de la vie militaire ou civile quotidienne du passé. Les sensibilités qui s’expriment font de l’histoire non pas une culture savantemais une véritable pratique sociale et culturelle, où le quotidien s’invente par mille manières de braconner. Un rapport à l’Histoire, somme toute ludique et festif, et qui pourrait apparaître comme insignifiant, simple épiphénomène touristique, s’il ne possédait pas, incidemment, par la réactivation identitaire qu’il génère, tous les ingrédients d’usages politiques les plus divers, à l’échelle locale ou nationale.

Encore peu connues des historiens du temps présent, les reconstitutions historiques rappellent sans doute les usages du passé qui prolifèrent au XIXème siècle, projets de muséographies ou expressions folkloriques. Les similitudes avec des fêtes telles que Moros y Cristianos de Valencia ou le Palio de Sienne, traditions urbaines, populaires et festives, commémorant en costume « d’époque » un épisode de l’histoire de la localité, sont aussi tangibles. Cependant, le plus souvent, les acteurs des reconstitutions historiques revendiquent cette filiation plus récente, celle qui les rattache au mouvement international en faveur de l’Histoire Vivante particulièrement important depuis une trentaine d’années en Angleterre, aux USA et au Canada. C’est explicitement le cas pour les reconstitutions des batailles de Gettysburg, de Hastings ou de Waterloo. Ces démonstrations militaires spectaculaires rassemblent annuellement des milliers d’amateurs d’Histoire Vivante venus de différents pays, au goût affirmé pour les activités concrètes et un besoin partagé d’ « endosser » le passé. D’ailleurs, cette expérimentation physique et visuelle du passé est très certainement l’une des spécificités de la période récente.

De fait, l’histoire montrée, jouée, narrée, témoigne d’un besoin d’éprouver le passé, de s’en abreuver et de le revêtir, lié à un goût immodéré pour une histoire quotidienne « vue et vécue par le peuple ». Les pratiques de ces acteurs croisent nécessairement la constitution d’un savoir cautionnée par la discipline historique et l’exigence de l’expertise. Et justement, la conception de l’histoire, selon les cas, peut mener de la confection du vêtement ou d’une arme de combat, valorisant alors les savoir-faire manuels, ceux des couturières ou des « bricoleurs », à la lecture assidue d’un historien patenté. Ainsi, une partie de la société s’exprime à travers ces engouements individuels et collectifs, expérimentant, au présent, de nouvelles formes de sociabilité et témoignant d’un engagement quasi-militant pour l’Histoire ou ce qui est compris comme étant de l’histoire. Ces reconstitutions sont manifestement une façon de se fabriquer sa propre mémoire historique à partir d’un mélange de souvenirs scolaires, d’ouvrages vulgarisés et de références cinématographiques ou télévisuelles.

Contrairement aux « batailles de mémoire » qui investissent le champ historiographique contemporain, une lame de fond draine des mémoires historiques essentiellement consensuelles, à travers les reconstitutions. Il n’y a pas d’enjeux brûlants dans ces mises en scène, cependant cette sensibilité à l’histoire et en particulier à l’histoire antérieure à celle du 20ème siècle, démontre que la passion pour le passé n’est pas désuète. De plus, bien que l’histoire locale soit souvent privilégiée, la mémoire historique transmise, avec les approximations qui la caractérisent, génère une intégration à des sentiments collectifs d’appartenance. Mais, ce phénomène, jusqu’ici, a été peu mis en valeur. Cependant, de mai à octobre, la France redécouvre dans les sites les plus reculés des héros oubliés, se peuple de campements gallo- romains ou médiévaux, voit défiler les somptueux costumes des aristocrates de la Renaissance ou combattre férocement de preux chevaliers quand s’éloignent au loin les troupes napoléoniennes. Les lieux les plus divers prennent les couleurs des « sons et lumières » qui sont les ressorts d’une vision spectaculaire et ré enchantée du passé. L’historien n’a pas à faire à une « demande sociale » mais à des pratiques sociales auxquelles il ne participe quasiment pas. L’histoire se fabrique ou se façonne, de la main des hommes, sans grand recours à sa production. Au mieux, l’archéologie expérimentale rejoint parfois celle des reconstituteurs. Revues, forums, sites web unissent ces nouveaux acteurs du passé qui ressentent une profonde légitimité dans leur souci pédagogique et de vulgarisation.

L’histoire représentée se termine toujours dans la joie et l’espérance, la vision du futur n’est jamais tragique selon le cycle inévitable des périodes qui alternent bonheurs et malheurs. Les guerres du 20ème siècle sont revisitées afin de lisser, dans une visée commémoratrice et pacificatrice, les nouvelles alliances ou l’absurdité des conflits qui dépassent les combattants ou la population civile. Ces spectacles se présentent comme un travail de deuil collectif face aux traumatismes du 20ème siècle ou aux abus mémoriels contemporains. L’histoire devient le lieu où se puisent les ressources d’un changement de valeurs communes ou individuelles. Elle conjugue diversité des savoirs potentiels à acquérir et dimension ludique et conviviale. Par son caractère informel, cette appréhension du passé dépasse largement les frontières nationales, puisqu’on la retrouve chez les pays anglo-saxons qui font figure de précurseur. Le Moyen Age, particulièrement présent dans le monde de la reconstitution, peut être pensé comme « nostalgie » du passé. La recollection collective du passé ne reprend en rien la réalité de la mémoire des faits mais simplement les pensées liées au passé. Cette fameuse «nostalgie» inspire la reconstitution historique en toute manifestation employant l’histoire comme toile de fond, pour produire des lieux « hors du temps », qui se trouve dans des espaces imaginaires de la mémoire. L’idée du passé domine la réalité de l’histoire.

C’est donc à un univers disparate, pour le moins pittoresque, qu’adhèrent ces « passionnés » d’histoire, issus d’une société des loisirs et de l’épanouissement individuel.  Ces manifestations qui prolifèrent aujourd’hui, bien ancrées dans le tissu économique et politique local, bénéficiant de l’argent public, drainant plusieurs milliers d’acteurs et de spectateurs, ne sauraient être vues comme des réjouissances ordinaires. Ainsi, que dire de ces investissements personnels ou collectifs ? Quelles sont les stratégies des acteurs qui revendiquent un droit à montrer et à vivre le passé hors des instances traditionnelles ? Comment apprécier ces narrations historiques locales dans leur rapport au temps de l’histoire ?

Pour en savoir plus 

Publications de Maryline Crivello (Habilitation à diriger des recherches autour du phénomène des reconstitutions historiques en France et en Europe)

http://telemme.mmsh.univ-aix.fr/membres/Maryline_Crivello

– « Comment on revit l’histoire. Sur les reconstitutions historiques (1976-2000) », Mémoires en miroir. Autour d’une Méditerranée plurielle, La Pensée de Midi, Philippe Joutard dir., numéro 3, Actes Sud, Hiver 2000, p. 69-74.

https://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=LPM_003_0069

– « Du passé, faisons un spectacle ! Les reconstitutions historiques de Grans et Salon en Provence »,  » Dramaturgie du politique « , Sociétés et représentations, numéro 12, Centre d’histoire sociale de Paris 1, novembre, 2001.

– « La geste des temps. Symbolique et dramaturgie du passé (1957-2002) » Façonner le passé. Représentations et cultures de l’histoire (XVIe-XXe siècles), Maryline Crivello, Jean-Luc Bonniol dir., Publications de l’Université de Provence, collection « Le temps de l’histoire », 2004, p. 53-64.

– « Les braconniers de l’Histoire. Les reconstitutions historiques : nouveaux lieux du politique ? », Concurrence des passés. Usages politiques du passé dans la France contemporaine, Maryline Crivello, Patrick Garcia, Nicolas Offenstadt dir., Publications de l’Université de Provence, 2006, p. 49-58.

– « Entrer en histoire. L’évocation de l’épopée napoléonienne », Individu, Récit, Histoire, Maryline Crivello, Jean-Noël Pelen dir., collection « Le temps de l’histoire », Publications de l’Université de Provence, 2008, p. 199-209.

– «Pour une poétique du passé. Les reconstitutions historiques au XXe siècle.», in Pascale Goetschel, Sylvie Le Dantec dir., Lire, Voir, Entendre. La réception des objets médiatiques, Publications de la Sorbonne, Paris, 2010, p. 95-102.

– « Mise en spectacle de la Provence aujourd’hui. »,  Les fêtes en Provence, autrefois et aujourd’hui, Régis Bertrand dir., PUP, 2013, p. 205-210.

– « Le chantier médiéval de Guédelon.  Une entreprise de fabrication de l’imaginaire historique », La mosaïque des racines. Pouvoirs, cultures et sociétés en France et en Méditerranée (XVIe-XXIe siècle), Olivier Raveux, Isabelle Renaudet dir., PUP, 2013, p. 310-322.

– « Usages publics et mises en spectacle de l’histoire dans la France contemporaine : contrastes mémoriels”, “Les usages du passé”,  Cahiers d’histoire immédiate, numéro 43, FRAMESPA-CNRS, Toulouse, octobre 2013, pp. 7-21.

– http://www.liberation.fr/societe/2012/05/30/aimer-l-histoire-est-une-chose_822511

Individu, récit, histoire

Maryline CrivelloJean-Noël Pelen (dir.), collection « Le temps de l’histoire », PUP, 2008.

Individu

S’inscrivant dans la lignée de l’histoire culturelle, cet ouvrage collectif aborde les représentations de l’histoire, son écriture, de l’ego-histoire aux Grands Récits à travers les diverses postures : acteurs, témoins, historiens, où se rencontrent l’individu et le récit de l’histoire. l’ouvrage s’appuie sur la notion d' » identité narrative  » proposée par Paul Ricœur. Il s’articule, dans un premier volet, autour des  » expériences de soi et écritures de l’histoire  » afin d’interroger les relations du sujet historien au récit que celui-ci produit de l’histoire. Le second volet  » Le moi face à l’histoire « , se déplace de ma démarche historiographique vers la réception ou la narration de l’histoire par ses acteurs ou témoins, ordinaires ou reconnus. Les expériences, souvent fortes, montrent alors à quel point l’histoire dialogue inévitablement avec la constitution intime du sujet. Ainsi, la question transversale est bien de savoir comment le récit intime s’articule aux récits historiques et comment il est travaillé par des représentations de l’histoire.

L’histoire telle qu’elle se raconte

ANR HISTINERAIRES – La Fabrique de l’Histoire telle qu’elle se raconte – The making of history as it tells itself

Programme blanc 2013

L’IHTP À PARIS

l’UMR 7303 TELEMME D’AIX-MARSEILLE UNIVERSITE- CNRS,

CENTRE GEORGES CHEVRIER DE DIJON,

LE LARHRA DE GRENOBLE

HTTP://CRHEH.HYPOTHESES.ORG

 

Le projet « La fabrique de l’histoire telle qu’elle se raconte », de son acronyme HISTINÉRAIRES, se propose d’étudier les « Mémoires de synthèse des activités scientifiques » des habilitations à diriger des recherches soutenues en histoire depuis le début des années 1990 jusqu’à 2010. Ce corpus inexploité, distinct du « travail inédit » souvent objet de publication et du recueil d’articles, constitue un gisement d’informations sur la communauté historienne contemporaine. Il est susceptible de nourrir une véritable sociologie de la profession et une étude de l’historiographie et de ses évolutions non plus fondée sur les écrits de quelques chefs de file mais ancrée dans la masse des parcours de recherche d’une génération d’historiens.
Il prend acte de la valorisation de la réflexivité au sein de la communauté historienne et s’appuie sur les apports de la sociologie et de l’histoire des sciences.
À partir de ce corpus il s’agira, en premier lieu, de dresser un portrait collectif de la recherche contemporaine en histoire en analysant les itinéraires institutionnels et intellectuels des chercheurs concernés.
Au titre des aspects institutionnels nous collecterons notamment : les parcours universitaires, le temps passé dans l’enseignement secondaire, les lieux de soutenance, l’âge à la soutenance, le genre, la composition du jury, le devenir du candidat…
Au titre de l’itinéraire intellectuel et de façon non limitative : le volume de la production au moment de la soutenance, les références théoriques mobilisées (références aux sciences sociales et à la philosophie notamment), la connexion avec les historiographies étrangères, l’évolution des objets et des démarches de recherche, l’inscription revendiquée dans un « sous-champ » (histoire culturelle, histoire économique, histoire sociale…), l’inscription dans les débats historiographiques contemporains, l’implication dans la vie de la cité (réponses aux « demandes sociales », diffusion des savoirs) …
Ces données feront l’objet d’un traitement quantitatif et cartographique débouchant notamment sur une géographie de la recherche et des réseaux qui la structurent. En second lieu l’enquête s’intéressera à la façon dont les historiens ont interprété l’exercice de « synthèse des activités scientifiques » certains optant pour un CV étoffé tandis que d’autres y analysent, de façon plus ou moins soutenue, le rapport personnel qu’ils entretiennent à l’histoire qu’il produisent – intégrant, ou non, la problématique auto-réflexive impulsée par les Essais d’ego-histoire rédigés et rassemblés à l’initiative de Pierre Nora. L’enquête permettra donc de dégager l’évolution d’un genre à l’origine peu défini. Comme pour les débats historiographiques ou/et épistémologiques le traitement des informations collectées sera essentiellement qualitatif tout en intégrant les apports de l’analyse de discours. Ce corpus sera complété par des entretiens oraux avec des tuteurs d’HDR et l’étude de la genèse de cette exigence introduite avec l’arrêté du 5 avril 1988 relatif à l’habilitation à diriger des recherches.
Au total, il s’agira à la fois de dresser la cartographie d’une communauté telle qu’elle n’a jamais entreprise en s’appuyant sur ce qu’en disent ses acteurs soit le projet d’une historiographie « vue d’en bas » pour reprendre un mot d’ordre devenu classique de l’historiographie. De ce point de vue, la subjectivité à l’œuvre dans ces écrits, bien évidemment contrainte par leur caractère institutionnel, loin d’être un handicap permettra d’informer la recherche sur les stratégies institutionnelles et intellectuelles à l’œuvre.

The project “La fabrique de l’histoire telle qu’elle se raconte” (the making of History as it tells itself), also known as HISTINÉRAIRES, , has for object the study of the “mémoires de synthèse des activités scientifiques” of the habilitation (HDR) to supervise research submitted in history departments since the early 90s’ to 2010. This yet unexploited material, different from the “travail inédit” which is often published and from the article collection, has become a treasure trove of information about the contemporary historical community. Its examination will enable the establishment of a new sociology of the profession as well as a renewal of contemporary French historiography and its developments, no longer based on the writings of a few well known historians but rooted in a generation’s research paths.
It roots from the growing importance of reflexivity among the historian community and relies on the findings of sociology and the history of sciences.
The first objective of the project will be to sketch a group portrait of the present-day researchers in history through an analysis of the institutional and intellectual paths.
Among the institutional aspects, will be accounted for: the academic path, the time spent teaching in the secondary cycle, the place where the viva was held, the age and gender of the candidate, the members of the jury, the future of the candidate…
For the intellectual aspects, data on the volume of production at the time of the viva, the theoretical references made (to social sciences or philosophy), the connections with foreign historiography, the evolution of themes and approaches of research, the inscription into a specific field (cultural history, economical history, social history…), the participation to current historiographical debates, the involvement in community life (answers to the “social demands”, diffusion of knowledge) will be collected.
This information will be treated through cartographic and quantitative tools, enabling the establishment of geographical mappings of research and its structuring networks.
The second part of the project will investigate how historians interpret their exercise of synthetizing their scientific activities. Whereas some chose to provide a long resume of their accomplishments, others analyzed their personal relationship to the histories they make by sometimes integrating Pierre Nora’s auto-reflexive problematic, which started with his Essais d’ego-histoire. This investigation will reveal the evolution of a still roughly defined exercise. As with the historiographical and/or epistemological debates, the treatment of the data will mostly be qualitative while integrating discourse analyses.
This corpus will first be completed and enlightened by oral interviews of HDR tutors, and with a study of its genesis, on April 5th 1988 with the decree on the habilitation to supervise research.
The global aim of the project will be to establisha groundbreakingcartography of the community, which would rely on the writings of its members. It is a project of a historiography from below, to use a common term nowadays. From this point of view, the writings’ subjectivity present through the academic canvas, far from being a handicap, will inform research on various institutional and intellectual strategies in action.

Usages publics et mises en spectacle de l’histoire dans la France contemporaine : contrastes mémoriels

Cet article étudie les formes de restitution du passé telles que les reconstitutions historiques où se noue un dispositif inédit, où se croisent identités, politiques locales et sociétés des loisirs. Ces phénomènes identitaires ne sont pas choses fondamentalement nouvelles si l’on pointe l’héritage de l’érudition du XIXe siècle ou celui des années 1960 et 1970, lorsqu’il s’agissait de reconnaître les mémoires populaires, de rendre la parole aux silencieux, aux vaincus de l’histoire.

C’était là une période où échappaient encore aux chercheurs les risques de repli et d’enfermement. Depuis, le rôle des contre-histoires s’est bien étiolé, du fait d’une méfiance grandissante par rapports aux revendications identitaires radicalisées,  mais aussi de la montée en puissance des politiques culturelles, consommatrice de patrimoine en tout genre: le « pays cathare » est ainsi devenu un « label ».

Une nouvelle donne est depuis intervenue: la diffusion grandissante des biens de consommation touristique s’est accompagnée du développement des politiques locales à visée touristique. L’une des principales ressources, où l’argument de vente réside dans l’affirmation d’une singularité, s’est révélée être l’histoire. Cette mise en histoire des lieux a été souvent diligentée par les collectivités locales, s’agissant de relever le défi d’un tissu local déchiré ou pas encore tissé par la production d’un récit communautaire. Mais on peut faire le constat que, par un de ces projets culturels qui s’adressent à un public en quête de loisirs, les élus réassurent leur pouvoir. Par une politique de régulation de la mémoire, par le recours au récit du passé, par la mise en patrimoine, il s’agit de replacer l’institution administrative au centre du processus de reproduction sociale et symbolique dans des lieux de recomposition du social.

Uses of the past and reenactment in contemporary France: memorial contrasts 

This article examines the forms of delivery of the historical imagery such as pageants and re-enactments which combine new theatrical devices with intersecting identities, local politics and companies devoted to leisure and entertainment. Such phenomena are not fundamentally new especially if one considers the legacy of scholarship of the nineteenth century or the 1960s and 1970s, when it the general concern was the recognition of popular history, giving voice to the silent, the forgotten of history. This was a period when researchers ignored the risks of withdrawal and isolation. Since then, the role of the alternative narrative has declined, because of a growing mistrust of radicalized claims of identity but also because of the trend toward cultural policies, favoring cultural consumption of all kinds: « Cathar country » has thus become a « label ». A new set of factors has since been brought to bear: the growing distribution and consumption of travel services supported by the development of local travel promotion policies. One of the main sources for legitimation of cultural claims of singularity has proven to be local history. The provision of an historical context of place has been the work mainly of local authorities who have taken up the challenge of repairing the local fabric where there may have been one, or of providing a fabric altogether in the form of a community narrative. One thing is certain however, by creating such cultural objects for a general public seeking recreation services, elected officials deftly prolong their term in power. By regulating memory, by recourse to historical narrative and by promoting local heritage, local authorities are placing the local administrative institution at the centre of the process of symbolic and social reproduction in public space.

Maryline Crivello, “Les usages du passé”, Cahiers d’histoire immédiate, numéro 43, FRAMESPA-CNRS, Toulouse, octobre 2013, pp. 7-21

MUSE

MUSE Memories and Uses of the past, est consacré aux travaux de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) sur les questions de mémoire et d’ usages du passé dans l’espace euro-méditerranéen comme un lieu de partage éditorial international. Le questionnement sur la place de l’histoire dans la société contemporaine par l’approche de ses usages publics – dans lesquels se fondent les usages politiques – a ouvert des perspectives historiographiques prometteuses. Cette notion, en phase avec l’irruption du phénomène mémoriel, vient qualifier l’appropriation et le recours au passé par des acteurs sociaux ou politiques – Régions, communes, partis, associations – pour répondre à des exigences individuelles et collectives au présent. Pour autant, il ne s’agit pas pour les historiens de remettre en question la légitimité de ces usages ou de tracer les manipulations ou falsifications de l’histoire mais bien de prendre la mesure de la diversités des modalités de gestion de passé et de comprendre la fonction assignée à l’histoire dans un contexte situé. Depuis une vingtaine d’années nous traversons une conjoncture qui voit, avec la fin des grandes idéologies, le surgissement des questions identitaires dans lequel s’inscrit le «retour des mémoires» auquel on assiste un peu partout. Conflits ethnico-religieux et crises d’identité ne sont pas le seul fait des nations méditerranéennes ou du Moyen-Orient, et on assiste aussi en Europe à un repli identitaire. Ce carnet a pour objectif de mettre en avant les enjeux scientifiques, politiques et civiques de la recherche sur les « usages du passé ». Il essaiera de dresser un état des lieux actuel des travaux sur le domaine avec la volonté de décentrer le regard entre Europe et Méditerranée.