Individu, récit, histoire

Maryline CrivelloJean-Noël Pelen (dir.), collection « Le temps de l’histoire », PUP, 2008.

Individu

S’inscrivant dans la lignée de l’histoire culturelle, cet ouvrage collectif aborde les représentations de l’histoire, son écriture, de l’ego-histoire aux Grands Récits à travers les diverses postures : acteurs, témoins, historiens, où se rencontrent l’individu et le récit de l’histoire. l’ouvrage s’appuie sur la notion d' » identité narrative  » proposée par Paul Ricœur. Il s’articule, dans un premier volet, autour des  » expériences de soi et écritures de l’histoire  » afin d’interroger les relations du sujet historien au récit que celui-ci produit de l’histoire. Le second volet  » Le moi face à l’histoire « , se déplace de ma démarche historiographique vers la réception ou la narration de l’histoire par ses acteurs ou témoins, ordinaires ou reconnus. Les expériences, souvent fortes, montrent alors à quel point l’histoire dialogue inévitablement avec la constitution intime du sujet. Ainsi, la question transversale est bien de savoir comment le récit intime s’articule aux récits historiques et comment il est travaillé par des représentations de l’histoire.

Façonner le passé – Cultures de l’histoire

Bonniol Jean-Luc et Crivello Maryline (dir.)

Façonner le passé. Représentations et cultures de l’histoire (XVIe-XXIe siècles), collection « le temps de l’histoire », PUP, 2004.

Nous sommes capables de fabriquer le passé à la demande, de le façonner autour d’images , d’objets, de reconstitutions, où le passé est, précisément, « rejoué ». Ces pratiques, inspirées par des imaginaires, s’inscrivent dans ce qu’il est possible d’appeler des « cultures de l’histoire », diverses selon les époques. Cet ouvrage les replace dans la longue durée et s’efforce de comprendre leur intensification contemporaine, liée aux transformations d’ensemble des rapports au passé. Les exemples sont pris notamment dans les domaines de l’archéologie, de l’iconographie, des commémorations, des fêtes et spectacles d’histoire.

faconner-le-passe-jean-luc-bonniol-maryline-crivello-bocca-9782853995801

Concurrences des passés

9782853996310FS
Usages politiques du passé dans la France contemporaine

Sous la direction de Maryline Crivello, Patrick Garcia et Nicolas Offenstadt
Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, Coll. « Le temps de l’histoire »,
2006, 300 p.

Longtemps, la nation a été le lieu par excellence d’un usage transitif de l’histoire. Elle apparaît aujourd’hui comme une échelle parmi d’autres, souvent moins investie que le local ou le régional et fragilisée par l’émergence de niveaux supranationaux. Cette nouvelle configuration bouleverse l’économie des usages de l’histoire. Il en résulte notamment une concurrence des passés tandis qu’un nouveau type d’historicité se développe dans lequel  » rendre présent  » voire  » sortir du temps  » l’emportent sur l’esquisse d’un devenir commun et où le patrimonial prend le pas sur l’historique. La situation des historiens professionnels s’en trouve modifiée. Elle est affectée tant par la démultiplication des producteurs d’histoire que par la concurrence des associations à vocation mémorielle ou patrimoniale. Fondé sur une série d’études topiques, l’ouvrage analyse comment s’opère la confrontation des mémoires et des histoires qui singularise la scène contemporaine et les enjeux historiographiques et civiques qui en découlent.

Les présents de l’historien

Publication de Patrick Garcia

“Ce texte retrace une série de présents successifs traversés au cours d’un cheminement qui va de l’engagement politique à l’étude des usages politiques du passé ou encore à celle de l’écriture de l’histoire et de son enseignement, mais ce cheminement n’a rien d’une trajectoire nécessaire. Bien sûr en raison de la façon dont le récit de ces présents est construit, comme de son premier destinataire – un jury universitaire –, il ne peut que procéder d’une mise en cohérence a posteriori. J’ai toutefois tenté de laisser à la contingence, au hasard, aux rencontres, leur juste place. Mes lieux d’histoire ont été le plus souvent des lieux institutionnellement faibles comme les IUFM, ou des lieux choisis en marge de l’institution comme la revue EspacesTemps ou bien encore le « DDG » – l’attelage que nous formons depuis près de quinze ans avec Christian Delacroix et François Dosse –, mais j’avoue avoir toujours trouvé en m’investissant dans ces périphéries une liberté qui me convient. Au fil des pages j’ai donc tâché, de bon gré, persuadé que l’exercice m’était profitable, d’ouvrir ma boîte à outils, de montrer les articulations d’un parcours et les ressorts d’un faire de l’histoire.”

 

source : http://www.publications-sorbonne.fr/fr/livre/?GCOI=28405100293270

Les échelles de la mémoire en Méditerranée

Cet ouvrage explore le problème des mémoires en Méditerranée. La question commune qui traverse l’ensemble des textes de ce volume porte sur les liens entretenus entre l’histoire et la mémoire. Ceux-ci se trouvent au centre des débats scientifiques, sociaux et politiques, qui culminent aujourd’hui, dans la multiplication des revendications et des conflits mémoriels dont l’enjeu est l’affirmation ou la redéfinition des identités. Si la France a déjà fait l’objet de publications multiples, l’espace méditerranéen, vu sous cet angle, n’est  encore que peu étudié.

Dans cette perspective, la première partie approche la mémoire par l’ancrage spatial, par la « mise en mémoire » de l’archéologie ou d’un passé plus récent dont les formes tangibles constituent souvent des points de focalisation des récits identitaires. La seconde partie se focalise sur les mécanismes politiques de la mémoire qui prennent en Méditerranée une dimension conflictuelle relative à un passé commun (mémoire des empires ou mémoire coloniale). La dernière partie, centrée sur les enjeux franco-algériens, expose les modalités de reconnaissance de l’Autre, c’est-à-dire en fin de compte la réduction du fossé entre la mémoire nationale, produite par les canaux étatiques et la mémoire vive, celle des communautés intermédiaires qui transmettent, plus qu’un discours, une certaine sensibilité au passé.

Ces mémoires antagonistes peuvent-elles cesser d’être un obstacle au rapprochement des peuples et au contraire contribuer à apaiser les blessures à vif à la source de ces conflits ? Dans quelle mesure une démarche volontariste pour faire évoluer les représentations peut-elle réellement agir sur les mémoires ?

Beginning in the 1980s, the relationship between history and memory has been regularly a part of both scientific and political or public debates. If the subject fascinates the French — controversies concerning « memorial observances », the colonial past or « national identity » confirm this — the subject remains little studied in light of the Mediterranean cultures. It is clear however, that international claims and conflicts are increasingly rooted in issues relating to the affirmation or the redefinition of identity, – themselves issues inextricably related to « working memory », that is to say, the on-going work of uncovering an « incoherent past » (E.G., the Armenian genocide, ethnic genocide in Palestine or Bosnia, colonization…). The manipulation of the past for political purposes is not unique to the Mediterranean, even if the manipulation has produced disproportionate effects in this space of fragile identities. Thus, from the Balkans to the Middle East through the Maghreb, the confrontation of memory narratives – whether institutional or shared, whether mainstream or marginal – contributes to exacerbate antagonisms. This book brings together contributions from anthropologists, historians, geographers, archaeologists and political scientists to question the mechanisms producing these legacies that divide or bring people together in the same space.

Sous la direction de Maryline Crivello

Coordonné par Karine-Larissa Basset, Dimitri Nicolaïdis et Ourania Polycandrioti.
Avec des textes de Philippe Jockey, Pierre Sintès, Müfide Pekin,  Michèle Baussant, Evangelista Balta, François Siino, Karima Dirèche,  Maria Couroucli, Stéphane Michonneau, Ghislaine Glasson Deschaumes, Abderrahmane Moussaoui, Ouarda Siari Tengour, Françoise Lantheaume, Marie-Claire Lavabre et Dimitri Nicolaïdis.

Actes Sud Sciences humaines
Etudes méditerranéennes

Juin, 2010 / 13 x 24 / 432 pages 
Coédition MMSH

ISBN 978-2-7427-9007-4

Actes Sud Sciences humaines Etudes méditerranéennes Juin, 2010 / 13 x 24 / 432 pages Coédition MMSH