La cérémonie publique dans la France contemporaine : acteurs, scénographies, médiations

Séminaire initié par le Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, sous la direction scientifique de :

Maryline CRIVELLO, professeur à l’université d’Aix-Marseille Cnrs ;
Patrick GARCIA, professeur à l’université de Cergy-Pontoise (laboratoire Agora EA 7392) et à l’Institut de l’histoire du temps présent (Ihtp) ;
Jean-François SIRINELLI, professeur à Sciences-Po Paris.


 Présentation du séminaire

Profondément modifiée dans son économie par la place dévolue au président de la République depuis 1958, la cérémonie publique est une sorte de condensé qui permet d’étudier les difficultés de l’État républicain à redéployer une politique symbolique dans le contexte des mutations de tous ordres qui affectent la société française et les réponses qu’il tente d’apporter. Pour travailler cette question le séminaire associera aussi bien des acteurs politiques, des spécialistes de l’événementiel que des chercheurs issus des sciences sociales.

Depuis l’instauration de la Ve République les cérémonies publiques en France ont connu une véritable mutation et ceci, sous l’influence de plusieurs facteurs :

  • Le premier est la place prise par le président de la République qui supplante comme incarnation
    de la nation les corps constitués, tant et si bien que c’est désormais autour de sa personne que
    s’organisent les cérémonies.
  • Le second facteur étant une nette évolution en raison de la médiatisation : progressivement elles sont moins organisées pour des spectateurs – le public physiquement présent – que pour des téléspectateurs au risque parfois de transformer le rituel en spectacle.
  • Le troisième est que leur évolution est liée à celle des sensibilités collectives : perception de la mort, désacralisation du politique, demande de transparence et de proximité qui posent de nouvelles contraintes aux organisateurs…
  • Enfin, depuis les années 1980 et l’intégration progressive de la France dans l’Union Européenne, elles constituent une pièce de première importance dans l’affirmation symbolique de l’État républicain pris entre les politiques symboliques propres développées par les collectivités locales et l’horizon européen, voire bousculé par les craintes identitaires qui traversent le pays tendant parfois à devenir des cérémonies de réassurance collective.

L’objet de ce séminaire est d’étudier ces métamorphoses et les enjeux qui les sous-tendent, non seulement du point de vue de ce qui est dit, mais aussi de la façon dont elles sont mises en scène, les deux dimensions se conjuguant pour fabriquer la symbolique républicaine. Il s’agit donc d’un objet de premier intérêt pour l’histoire culturelle de ce pays et l’histoire des politiques symboliques. Le moment privilégié sera la Ve République dans la mesure où celle-ci modifie profondément le décorum républicain en le centrant sur la personne du président, mais on ne s’interdira pas, ne serait-ce qu’à titre comparatif, de faire des incursions dans le dispositif cérémonial de la IVe, voire de la IIIe République. Les objets d’étude sont nombreux puisque les cérémonies publiques ont connu au cours des dernières années une véritable inflation : commémorations annuelles traditionnelles comme le 11 novembre ou le 8 mai, ou bien encore nouvelles commémorations comme le 16 juillet (Rafle du Vel d’hiv) ou le 10 mai (abolitions de l’esclavage). Il ne sera pas question donc d’être exhaustif. Dans ce corpus, les panthéonisations comme rituel présidentiel par excellence occuperont une place centrale et seront l’objet d’une étude systématique. Nous nous intéresserons autant à leur cadre légal, au processus de prise de décision, aux actions des réseaux pour promouvoir telle ou telle personnalité, aux projets de mises en scène qu’à la cérémonie elle-même, à son déroulement, à sa scénographie et à son audience. L’intérêt d’inclure les panthéonisations dans une étude plus globale sur les cérémonies publiques est de voir si leur évolution correspond aux inflexions générales de la mise en scène de l’État ou si elles connaissent une évolution singulière. L’hypothèse que nous formulons en proposant cette enquête est que ce rituel cristallise et amplifie les évolutions qui affectent la cérémonie publique dans son ensemble. Le séminaire se posera la question de la performativité de ces cérémonies : quelle est leur efficacité ? Quelles traces laissent-elles ? L’étude de la réception (presse, plaques, baptêmes de rues, de places ou d’établissements scolaires…) mais aussi des sondages existants permettront de tenter de les évaluer. Le séminaire, interdisciplinaire, associe des anthropologues, des politistes, des sociologues, des géographes et naturellement des historiens. Il a pour objectif de fédérer les chercheurs et doctorants, travaillant sur ces questions, au-delà de leurs différentes disciplines. La question de la mise en scène et des intentions étant centrale, la parole sera donnée non seulement à des chercheurs ayant travaillé ces objets, mais aussi à des témoins et à des acteurs, qu’il s’agisse de hauts fonctionnaires, d’hommes politiques, de créateurs, de scénographes, de responsables d’agence de communication ou encore de réalisateurs de télévision. L’étude des images de ces cérémonies se fera en partenariat avec l’Ina (Institut national de l’audiovisuel).

Programme 2017

Vendredi 3 février 2017

  • Introduction à trois voix : Maryline Crivello, Patrick Garcia et Jean-François Sirinelli.
  • Mettre en scène le Président de la République : la question du protocole : avec Frédéric Billet, ambassadeur de France, chef du protocole du ministère des Affaires étrangères.

Vendredi 10 mars 2017

  • Les panthéonisations mitterrandiennes : la réinvention du rituel : avec Christian Dupavillon, ancien directeur du Patrimoine (1990-1993) au ministère de la Culture, de la Communication, des Grands travaux et du Bicentenaire.
  • La revue Goude comme cérémonie : avec Philippe Dujardin, politiste.

Vendredi 21 avril 2017

Vendredi 5 mai 2017

  • Les panthéonisations : prise de décision et cadre légal, mises en scène : avec Maryvonne de Saint Pulgent, ancienne directrice du Patrimoine (1993-1997) au ministère de la culture et de la communication, présidente du Comité d’histoire du ministère de la culture et de la communication.
  • Dialogue : avec Patrick Legrand, scénographe.

Informations pratiques

Lieu : Ministère de la culture et de la communication (3 rue de Valois – 75001 – Salle Ravel)

Horaires : 14h – 17h

Modalités d’entrée : Entrée gratuite sur inscription obligatoire

Contact : comitehistoire@culture.gouv.fr


Crédits photographiques : Panthéonisation André Malraux/aquarelle préparatoire de Patrick Legrand – Frabication : Transfaire – Tous droits réservés.

Le temps des archives … audiovisuelles

Qu’est-ce qui fait histoire ? Et si, pour évoquer un événement donné, nous remontions le cours du temps afin de mieux l’appréhender et le comprendre ?

Le temps des archives : une façon de rembobiner le cours de l’histoire, pour aborder, avec Emmanuel Laurentin et quelques invités et grands témoins, des événements-clés à travers des images et des sons issus du fonds de l’Institut national de l’audiovisuel (INA).

Une façon de partir en quête des petites et grandes mythologies des décennies écoulées

http://www.mucem.org/fr/node/1766

29 septembre 2014  au MuCEM. Apprendre à décrypter les films.
29 septembre 2014 au MuCEM. Apprendre à décrypter les films.

L’histoire telle qu’elle se raconte

ANR HISTINERAIRES – La Fabrique de l’Histoire telle qu’elle se raconte – The making of history as it tells itself

Programme blanc 2013

L’IHTP À PARIS

l’UMR 7303 TELEMME D’AIX-MARSEILLE UNIVERSITE- CNRS,

CENTRE GEORGES CHEVRIER DE DIJON,

LE LARHRA DE GRENOBLE

HTTP://CRHEH.HYPOTHESES.ORG

 

Le projet « La fabrique de l’histoire telle qu’elle se raconte », de son acronyme HISTINÉRAIRES, se propose d’étudier les « Mémoires de synthèse des activités scientifiques » des habilitations à diriger des recherches soutenues en histoire depuis le début des années 1990 jusqu’à 2010. Ce corpus inexploité, distinct du « travail inédit » souvent objet de publication et du recueil d’articles, constitue un gisement d’informations sur la communauté historienne contemporaine. Il est susceptible de nourrir une véritable sociologie de la profession et une étude de l’historiographie et de ses évolutions non plus fondée sur les écrits de quelques chefs de file mais ancrée dans la masse des parcours de recherche d’une génération d’historiens.
Il prend acte de la valorisation de la réflexivité au sein de la communauté historienne et s’appuie sur les apports de la sociologie et de l’histoire des sciences.
À partir de ce corpus il s’agira, en premier lieu, de dresser un portrait collectif de la recherche contemporaine en histoire en analysant les itinéraires institutionnels et intellectuels des chercheurs concernés.
Au titre des aspects institutionnels nous collecterons notamment : les parcours universitaires, le temps passé dans l’enseignement secondaire, les lieux de soutenance, l’âge à la soutenance, le genre, la composition du jury, le devenir du candidat…
Au titre de l’itinéraire intellectuel et de façon non limitative : le volume de la production au moment de la soutenance, les références théoriques mobilisées (références aux sciences sociales et à la philosophie notamment), la connexion avec les historiographies étrangères, l’évolution des objets et des démarches de recherche, l’inscription revendiquée dans un « sous-champ » (histoire culturelle, histoire économique, histoire sociale…), l’inscription dans les débats historiographiques contemporains, l’implication dans la vie de la cité (réponses aux « demandes sociales », diffusion des savoirs) …
Ces données feront l’objet d’un traitement quantitatif et cartographique débouchant notamment sur une géographie de la recherche et des réseaux qui la structurent. En second lieu l’enquête s’intéressera à la façon dont les historiens ont interprété l’exercice de « synthèse des activités scientifiques » certains optant pour un CV étoffé tandis que d’autres y analysent, de façon plus ou moins soutenue, le rapport personnel qu’ils entretiennent à l’histoire qu’il produisent – intégrant, ou non, la problématique auto-réflexive impulsée par les Essais d’ego-histoire rédigés et rassemblés à l’initiative de Pierre Nora. L’enquête permettra donc de dégager l’évolution d’un genre à l’origine peu défini. Comme pour les débats historiographiques ou/et épistémologiques le traitement des informations collectées sera essentiellement qualitatif tout en intégrant les apports de l’analyse de discours. Ce corpus sera complété par des entretiens oraux avec des tuteurs d’HDR et l’étude de la genèse de cette exigence introduite avec l’arrêté du 5 avril 1988 relatif à l’habilitation à diriger des recherches.
Au total, il s’agira à la fois de dresser la cartographie d’une communauté telle qu’elle n’a jamais entreprise en s’appuyant sur ce qu’en disent ses acteurs soit le projet d’une historiographie « vue d’en bas » pour reprendre un mot d’ordre devenu classique de l’historiographie. De ce point de vue, la subjectivité à l’œuvre dans ces écrits, bien évidemment contrainte par leur caractère institutionnel, loin d’être un handicap permettra d’informer la recherche sur les stratégies institutionnelles et intellectuelles à l’œuvre.

The project “La fabrique de l’histoire telle qu’elle se raconte” (the making of History as it tells itself), also known as HISTINÉRAIRES, , has for object the study of the “mémoires de synthèse des activités scientifiques” of the habilitation (HDR) to supervise research submitted in history departments since the early 90s’ to 2010. This yet unexploited material, different from the “travail inédit” which is often published and from the article collection, has become a treasure trove of information about the contemporary historical community. Its examination will enable the establishment of a new sociology of the profession as well as a renewal of contemporary French historiography and its developments, no longer based on the writings of a few well known historians but rooted in a generation’s research paths.
It roots from the growing importance of reflexivity among the historian community and relies on the findings of sociology and the history of sciences.
The first objective of the project will be to sketch a group portrait of the present-day researchers in history through an analysis of the institutional and intellectual paths.
Among the institutional aspects, will be accounted for: the academic path, the time spent teaching in the secondary cycle, the place where the viva was held, the age and gender of the candidate, the members of the jury, the future of the candidate…
For the intellectual aspects, data on the volume of production at the time of the viva, the theoretical references made (to social sciences or philosophy), the connections with foreign historiography, the evolution of themes and approaches of research, the inscription into a specific field (cultural history, economical history, social history…), the participation to current historiographical debates, the involvement in community life (answers to the “social demands”, diffusion of knowledge) will be collected.
This information will be treated through cartographic and quantitative tools, enabling the establishment of geographical mappings of research and its structuring networks.
The second part of the project will investigate how historians interpret their exercise of synthetizing their scientific activities. Whereas some chose to provide a long resume of their accomplishments, others analyzed their personal relationship to the histories they make by sometimes integrating Pierre Nora’s auto-reflexive problematic, which started with his Essais d’ego-histoire. This investigation will reveal the evolution of a still roughly defined exercise. As with the historiographical and/or epistemological debates, the treatment of the data will mostly be qualitative while integrating discourse analyses.
This corpus will first be completed and enlightened by oral interviews of HDR tutors, and with a study of its genesis, on April 5th 1988 with the decree on the habilitation to supervise research.
The global aim of the project will be to establisha groundbreakingcartography of the community, which would rely on the writings of its members. It is a project of a historiography from below, to use a common term nowadays. From this point of view, the writings’ subjectivity present through the academic canvas, far from being a handicap, will inform research on various institutional and intellectual strategies in action.