La cérémonie publique dans la France contemporaine : acteurs, scénographies, médiations

Séminaire initié par le Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, sous la direction scientifique de :

Maryline CRIVELLO, professeur à l’université d’Aix-Marseille Cnrs ;
Patrick GARCIA, professeur à l’université de Cergy-Pontoise (laboratoire Agora EA 7392) et à l’Institut de l’histoire du temps présent (Ihtp) ;
Jean-François SIRINELLI, professeur à Sciences-Po Paris.


 Présentation du séminaire

Profondément modifiée dans son économie par la place dévolue au président de la République depuis 1958, la cérémonie publique est une sorte de condensé qui permet d’étudier les difficultés de l’État républicain à redéployer une politique symbolique dans le contexte des mutations de tous ordres qui affectent la société française et les réponses qu’il tente d’apporter. Pour travailler cette question le séminaire associera aussi bien des acteurs politiques, des spécialistes de l’événementiel que des chercheurs issus des sciences sociales.

Depuis l’instauration de la Ve République les cérémonies publiques en France ont connu une véritable mutation et ceci, sous l’influence de plusieurs facteurs :

  • Le premier est la place prise par le président de la République qui supplante comme incarnation
    de la nation les corps constitués, tant et si bien que c’est désormais autour de sa personne que
    s’organisent les cérémonies.
  • Le second facteur étant une nette évolution en raison de la médiatisation : progressivement elles sont moins organisées pour des spectateurs – le public physiquement présent – que pour des téléspectateurs au risque parfois de transformer le rituel en spectacle.
  • Le troisième est que leur évolution est liée à celle des sensibilités collectives : perception de la mort, désacralisation du politique, demande de transparence et de proximité qui posent de nouvelles contraintes aux organisateurs…
  • Enfin, depuis les années 1980 et l’intégration progressive de la France dans l’Union Européenne, elles constituent une pièce de première importance dans l’affirmation symbolique de l’État républicain pris entre les politiques symboliques propres développées par les collectivités locales et l’horizon européen, voire bousculé par les craintes identitaires qui traversent le pays tendant parfois à devenir des cérémonies de réassurance collective.

L’objet de ce séminaire est d’étudier ces métamorphoses et les enjeux qui les sous-tendent, non seulement du point de vue de ce qui est dit, mais aussi de la façon dont elles sont mises en scène, les deux dimensions se conjuguant pour fabriquer la symbolique républicaine. Il s’agit donc d’un objet de premier intérêt pour l’histoire culturelle de ce pays et l’histoire des politiques symboliques. Le moment privilégié sera la Ve République dans la mesure où celle-ci modifie profondément le décorum républicain en le centrant sur la personne du président, mais on ne s’interdira pas, ne serait-ce qu’à titre comparatif, de faire des incursions dans le dispositif cérémonial de la IVe, voire de la IIIe République. Les objets d’étude sont nombreux puisque les cérémonies publiques ont connu au cours des dernières années une véritable inflation : commémorations annuelles traditionnelles comme le 11 novembre ou le 8 mai, ou bien encore nouvelles commémorations comme le 16 juillet (Rafle du Vel d’hiv) ou le 10 mai (abolitions de l’esclavage). Il ne sera pas question donc d’être exhaustif. Dans ce corpus, les panthéonisations comme rituel présidentiel par excellence occuperont une place centrale et seront l’objet d’une étude systématique. Nous nous intéresserons autant à leur cadre légal, au processus de prise de décision, aux actions des réseaux pour promouvoir telle ou telle personnalité, aux projets de mises en scène qu’à la cérémonie elle-même, à son déroulement, à sa scénographie et à son audience. L’intérêt d’inclure les panthéonisations dans une étude plus globale sur les cérémonies publiques est de voir si leur évolution correspond aux inflexions générales de la mise en scène de l’État ou si elles connaissent une évolution singulière. L’hypothèse que nous formulons en proposant cette enquête est que ce rituel cristallise et amplifie les évolutions qui affectent la cérémonie publique dans son ensemble. Le séminaire se posera la question de la performativité de ces cérémonies : quelle est leur efficacité ? Quelles traces laissent-elles ? L’étude de la réception (presse, plaques, baptêmes de rues, de places ou d’établissements scolaires…) mais aussi des sondages existants permettront de tenter de les évaluer. Le séminaire, interdisciplinaire, associe des anthropologues, des politistes, des sociologues, des géographes et naturellement des historiens. Il a pour objectif de fédérer les chercheurs et doctorants, travaillant sur ces questions, au-delà de leurs différentes disciplines. La question de la mise en scène et des intentions étant centrale, la parole sera donnée non seulement à des chercheurs ayant travaillé ces objets, mais aussi à des témoins et à des acteurs, qu’il s’agisse de hauts fonctionnaires, d’hommes politiques, de créateurs, de scénographes, de responsables d’agence de communication ou encore de réalisateurs de télévision. L’étude des images de ces cérémonies se fera en partenariat avec l’Ina (Institut national de l’audiovisuel).

Programme 2017

Vendredi 3 février 2017

  • Introduction à trois voix : Maryline Crivello, Patrick Garcia et Jean-François Sirinelli.
  • Mettre en scène le Président de la République : la question du protocole : avec Frédéric Billet, ambassadeur de France, chef du protocole du ministère des Affaires étrangères.

Vendredi 10 mars 2017

  • Les panthéonisations mitterrandiennes : la réinvention du rituel : avec Christian Dupavillon, ancien directeur du Patrimoine (1990-1993) au ministère de la Culture, de la Communication, des Grands travaux et du Bicentenaire.
  • La revue Goude comme cérémonie : avec Philippe Dujardin, politiste.

Vendredi 21 avril 2017

Vendredi 5 mai 2017

  • Les panthéonisations : prise de décision et cadre légal, mises en scène : avec Maryvonne de Saint Pulgent, ancienne directrice du Patrimoine (1993-1997) au ministère de la culture et de la communication, présidente du Comité d’histoire du ministère de la culture et de la communication.
  • Dialogue : avec Patrick Legrand, scénographe.

Informations pratiques

Lieu : Ministère de la culture et de la communication (3 rue de Valois – 75001 – Salle Ravel)

Horaires : 14h – 17h

Modalités d’entrée : Entrée gratuite sur inscription obligatoire

Contact : comitehistoire@culture.gouv.fr


Crédits photographiques : Panthéonisation André Malraux/aquarelle préparatoire de Patrick Legrand – Frabication : Transfaire – Tous droits réservés.

L’histoire dans l’espace public. Producteurs, pratiques, transmissions entre Atlantique et Méditerranée

Ce colloque entend observer et analyser les nouvelles façons de produire ou d’expérimenter l’histoire, de parler de l’histoire ou de la mobiliser dans l’espace public. Ces pratiques qui ne relèvent pas du champ académique sont en effet régies par d’autres contraintes et motivations que celles de la recherche. Elles se développent hors des murs de l’institution ; on peut faire l’hypothèse cependant qu’elles imprègnent la conscience historique des contemporains au point parfois de contribuer à la structurer. Dans cet esprit, il s’agit de s’intéresser non pas aux travaux historiens, mais aux différentes formes de recours à l’histoire par des acteurs sociaux, économiques ou politiques – régions, communes, partis, associations, entreprises, … – ou encore par les artistes, de même qu’aux aux modes d’appropriation du passé qui en résultent.

En étudiant ces usages, l’idée n’est pas de remettre en question leur légitimité ou de traquer les falsifications ou les anachronismes éventuels, mais bien de prendre la mesure de la diversité des modalités d’élaboration du passé et d’apprécier la fonction assignée à l’histoire dans le contexte contemporain – dans sa singularité comme dans sa diversité.

C’est dans cet esprit que nous avons choisi de prendre en compte trois espaces qui coexistent, se rencontrent, se chevauchent ou se confrontent : l’espace atlantique, l’espace européen et l’espace méditerranéen.

affiche Continuer la lecture de « L’histoire dans l’espace public. Producteurs, pratiques, transmissions entre Atlantique et Méditerranée »