À propos

Cette notion, en phase avec l’irruption du phénomène mémoriel, vient qualifier l’appropriation et le recours au passé par des acteurs sociaux ou politiques pour répondre à des exigences individuelles et collectives au présent. Les « usages publics de l’histoire » et les « usages publics du passé » ne se superposent pas tout à fait, car c’est bien l’interrogation renouvelée de la fonction sociale de l’histoire et du rôle des historiens dans la société qui sont en jeu, concurrencés, sur le terrain de l’interprétation du passé, par des acteurs multiples : témoins, journalistes, écrivains, cinéastes, artistes, politiques, …

Pour autant, il ne s’agit pas pour les historiens de remettre en question la légitimité de ces usages ou de tracer les manipulations ou falsifications de l’histoire, mais bien de prendre la mesure de la diversité des modalités de gestion du passé et de comprendre la fonction assignée à l’histoire dans un contexte situé. 

Cette expression des usages publics de l’histoire n’est pas neuve et intimement liée aux entreprises d’historiens sensibles à l’articulation entre l’histoire et les mémoires, depuis les années 1970. M. Finley, dans son ouvrage The Use and Abuse of History  (1975) posait déjà les usages politiques de l’histoire comme un objet légitime pour l’historiographie, mesurant les écarts d’interprétation entre la démocratie dans les sociétés anciennes et dans les sociétés modernes. 

En privilégiant ce dialogue entre le passé et le présent, il s’agit, dans ce programme de travail, de replacer les représentations historiques au cœur-même du récit contemporain.

* Informations, état des lieux, chroniques, partage d’hypothèses sur la question des usages du passé en Méditerranée et en Europe ;
* Veille d’information sur le domaine ;
* Réseau : Les rédacteurs
– participent activement à l’ANR Histinéraires (2014-2017) centrée sur « La fabrique de l’histoire telle qu’elle se raconte » (IHTP-UMR TELEMME-LARHRA) – http://crheh.hypotheses.org/259
– travaillent en lien avec le programme du LabexMed – http://labexmed.hypotheses.org – et le Pôle image, son, pratiques du numérique en SHS de la MMSH – http://imageson.hypotheses.org.
– Sont intégrés dans un réseau euro-méditerrannéen qui a été créé dans le cadre du programme Ramses II – Network of Research Centres in Human Sciences on the Mediterranean Area – http://ec.europa.eu/research/social-sciences/projects/327_en.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.